Site  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 One on One [Kat-tun/OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: One on One [Kat-tun/OS]   Lun 21 Sep 2009 - 19:06

Pairing : Maru X ?????
Groupe : Kat-tun
Genre : Yaoi triste et dur



One on one



Ça faisait maintenant un peu plus de 2h que je roulais à en perdre la raison. Cette fête, toi et lui, vos corps si proches. Tu avais le même sourire avec lui que lorsque tu étais au lit avec moi. Pourquoi ?! Cette fête pour la fin de tournée avait juste eu le don de tuer tout les espoirs qui restaient encore en moi.
Je me rappel encore de chacun de tes mots, tu voulais qu’on arrête, que cela serai mieux pour nous et que surtout tu ne voulais pas me perdre. Oui tu ne voulais pas perdre ton meilleur ami. A partir de ce moment je compris que tu ne me verras plus en tant qu’amant mais que j’étais seulement redevenu ton meilleur ami.

Notre histoire durée depuis 5ans quand tu m’as annoncée que tu préféras arrêter. Sous le choc je ne t’ai pas retenu. Je croyais que tu reviendrais, que tu avais besoin de temps pour remettre les choses en place. Je savais que tu voulais le dire à ta famille mais que tu hésiter, je voyais ton malaise grandir au fur et à mesure que tu leur mentais. Je ne voulais pas te mettre la pression et toi comme moi savions très bien que, une fois notre liaison révéler nous aurions le monde contre nous.
Mais pour moi le monde pouvait bien vouloir me tuer ou me brûler, tant que tu étais dans mes bras le monde pouvait s’entre tuer je m’en foutais.
Avant cette journée de rupture je m’étais rendu compte que tu étais de plus en plus distant, bien sur tu l’étais aussi au lit, pendant nos contacts tu frissonnais comme jamais et je me rendis compte que tu me caressais et m’embrassais comme si c’était la dernière fois entre nous. Un soir se fut vraiment le cas. Notre dernière nuit d’amour. Je m’en souviendrai toujours, tous ces soupirs si longs et tes gémissements et ta façon bien à toi de murmurer mon nom lorsque tu atteignais l’orgasme. Je ne t’entendrai plus m’appeler « Maru-chan » comme tu adoré le faire être nous. Tu savais que ce surnom me fouetter les nerfs mais tu me le répéter si souvent et pendant des moments si intenses qu’il devient vite pour moi synonyme de désir et de chaleur.
Hélas ce temps là et fini et je n’entendrai plus jamais ce surnom sortir de tes lèvres.

Se soir nous étions en pleine fête pour la fin de la tournée et moi j’étais là avec tout ce bruit et toutes ses filles autour de moi qui ne faisait que me dégoûté. Je me rappel que cette nuit là Ueda et Jin avait disparue je ne sais où et Junno avait pris la poudre d’escampette avec une belle brune environ 3min après notre arrivée. Je voulus ne pas rester seul à ruminer et je partis donc explorer un peu la maison.
Cette idée de visite j’aurai du la garder pour moi et ne jamais passer cette porte.

Au 1er étages je cru entendre ta voix si roque et lorsque je me décidai de vérifié en ouvrant la porte mon cœur s’arrêta. Oui c’était bien toi qui était là. Oui tu étais la contre se mur avec autour de toi Kamenashi qui a en croire ses marques de griffures dans ton dos avait beaucoup de mal à contenir ses cris de plaisir. Je restai un moment en arrêt et je me rendis compte que tu ne m’avais pas remarqué. Je restais là en arrêt sans pouvoir bouger. Je pensais être devant à attendre ton retour mais en réalité tu m’avais laissé seul derrière toi et tu ne semblais pas me regretter.
Je voulais avoir mal, je restais là à te regardais faire l’amour à l’un des membres du groupe. Pas n’importe lequel non, avec Kazuya… le benjamin du groupe et l’une des voix principale. Mon cœur saigné mes je me refuser de partir.
Je vu bientôt que tu pressas ton torse plus fort sur celui de kame le plaquant ainsi au mur, ce dernier ne puis bientôt plus contrôler ses gémissements et il se libéra sur toi. Je le vis rougir et toi tu poussas un petit rire qui se voulait rassurant. Tu passas ta main sur ton ventre et tu pénétras le liquide blanc entre tes lèvres comme si ce dernier était du miel. Tu accéléras tes mouvements de bassin et bientôt je vis que toi aussi tu avais atteins ta limite.
Tu te libéras en lui et la chaleur qui le remplit l’un déclencha un nouvel orgasme. Tu approche tes lèvres des siennes et je vis ta langue joué avec celle d’un Kazu à bout de force. Tu ne t’étais toujours pas retirer de lui et il semblait littéralement perdre pied dans tes bras. Je sentis une larme coulait sur mon visage et me rappela qu’il n’y avait pas si longtemps c’est moi qui était à sa place.
Ce qui suivit, j’aurais préféré ne jamais l’entendre. Il se rapprocha de ton oreille et dans un ultime souffle il te dit qu’il t’aimait. Je le vit sombrer dans un profond sommeil ou alors le plaisir lui avait fait perdre la tête et il s’évanouit. Tu l’allongeas par terre et tu lui embrassas les paupières et lui susurrant que toi aussi tu l’aimais comme jamais avant tu avais aimé.
Mon cœur se brisa aussitôt en un million de morceaux et gémissement de désespoir sortis de mes lèvres. Hélas je te vis me regarder et ton regarda en me voyant s’agrandit.

Je ne sais plus maintenant si tu m’as appelé ou au moins prononcé mon nom mais je crois que non. Tu ne ressens donc plus rien pour moi.
Maintenant j’en étais sur. Je roulai toujours à toute allure et je ne savais pas où j’allais mais je ne voulais plus qu’une chose et cette chose c’était oublié. Oui, je voulais oublier toute cette histoire, je voulais t’oublié toi et même le groupe. Je voulais oublier cette tournée ou tu avais mis mon cœur en feu à chaque fois que tu chanter Taboo et que tu faisais durée ton gémissement. Je voulais oublier toutes les nuits ou tu m’avais pris dans tes bras. Je voulais oublier tout tes « je t’aime » et par-dessus tout je voulais oublier ce soir. Mais comment oublier cette image de toi lui disais que tu l’aimais comme jamais tu n’avais aimé ?
Notre amour n’était donc rien pour toi ? Je devais me contenter du rôle du meilleur ami toute ma vie ? Durant cette tournée sais tu combien de fois je voulais éclater en sanglot pendant nos parties ? Et nos moments comiques ou je te voyais rire et sourire comme avant, sais tu combien ces moments au pu déchirer mon corps de douleurs ?

Non tu ne le savais pas puisque je n’avais jamais compté pour toi ! C’est 5 années venaient de perdre leur raison d’être et moi par la même occasion je venais de perdre ma raison de vivre.
Je roulais toujours en pleine nuit avec mon visage ruisselant de larmes quand je ne vis pas le virage et me prit le poteau téléphonique, plongeant ainsi dans un sommeil profond.


Ce soir la dans un hôpital de Tokyo un jeune homme se réveilla au bloc opératoire, avec les chirurgiens et autres infirmières, l’un d’eux demanda de garder espoir, qu’il pouvait s’en remettre. Mais cette personne se souvient que plus rien ne la pousser à vivre et dans un moment d’ultime courage il murmura :
« Dites aux fans de me pardonner »

Ainsi fut les derniers mots du très grand chanteur et pro du Beat box Yuichi Nakamaru.
Après avoir perdu connaissance dans sa voiture il ne trouva pas la force de continuer à vivre sans avoir à ses côté l’homme qu’il aimer, il décida de s’endormir pour ne plus jamais se réveiller.



Fin
Revenir en haut Aller en bas
 
One on One [Kat-tun/OS]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anou Dream House :: ~ No life Land ~ :: (¯`·._.·[ Génie de la plume ]·._.·´¯) :: // One-Shot \\-
Sauter vers: